Il est  plus aisé de déclencher, tapis derrière l’œilleton.

Que  de sélectionner la photographie  qui sera exposée.

Mais quand le photographe décide de se montrer,

Sans artifice, ni apparat, il se transforme alors en « apollon ».

 

Il a laissé son Reflex pour prendre place devant les flashs.

Merci Jérémie

(Membre du photo club de Saint-Martin)