Dans un sous-bois, nonchalant je déambule.

Noyé dans mes pensées, je regarde le saule.

Enivré par les fragrances des essences

Et bercé par Le frisson du feuillage,

J’écoute un air  de thomas Dutronc.

Mais qui est cet arbre qui au loin m’interpelle

J’approche pas à pas pour percer le secret

Murier, cocotier ou arbre fruitier ?

Me voilà à côté, des chênes et deux cyprès.

Je le reconnaît : enraciné, des blessures sur le tronc

Et sa tête rutilante  dans le ciel.

Il est fier, c’est un hêtre.